mardi 2 mai 2017

Les larmes de sel - Pietro Bartolo

LE MONDE DE LANGUE DELIEE  >  CHRONIQUE  > ADULTE  >  SOCIETE  • LU EN NUMERIQUE

Livre solidaire, 1€ reversé aux migrants pour chaque livre vendu.

Les larmes de sel - Pietro Bartolo
Ed. JC Lattès - 2017
Essais et documentaires
Perdue au milieu de la Méditerranée se trouve une petite île de 6 000 habitants. Une île comme un grain de sable au milieu du désert, posée entre Malte et la Tunisie. Une île italienne. L'île de Lampedusa.
Première terre européenne, elle est le point de chute de millions de migrants, qui depuis plus de 25 ans, fuient des guerres et la faim en traversant l'enfer.
Un point d'espoir vers un monde meilleur.

Les larmes de sel.
Quel beau titre. Triste et poignant comme ce récit.
Pietro Bartolo, médecin passionné et humaniste sans limites, se raconte, raconte son île tant aimée, raconte ces hommes, femmes et enfants prêtent à tous les risques, à tout supporter pour enfin retrouver la paie. Il explique son combat pour qu'évoluent les consciences.
Cet homme entier se livre à coeur ouvert pour qu'enfin son combat devienne collectif.

"Un matin, je suis parti chasser avec des amis. Juste au-dessus de nos têtes, on voyait danser cette espèce de vague légère. J'ai épaulé mon fusil, avant de me raviser. Je suis resté longtemps immobile, les yeux fixés sur ces centaines de volatiles. Ils avaient fait une si longue route. Et il leur restait tant à parcourir... D'un coup, ça a fait tilt. J'ai pensé à "l'autre" migration. C'était comme si à travers cette nuée d'oiseaux, j'avais les visages de ces hommes et de ces femmes, prêts à braver mille dangers pour sauver leur vie. Quitte à perdre des êtres chers en chemin."

 Dans son ensemble, le livre est équilibré autant par le récit autobiographique, par les quelques courts portraits de migrants, que par l'évolution de l'île et des conditions d'accueils temporaires des migrants. Les chapitres courts permettent de passer de moments durs à des moments plus légers, manière à faire retomber la pression.
L'écriture est fluide, la lecture rapide. Les mots sont justes. Il se lit très bien.

En fermant le livre, on est sonné. On oscille. On a envie de crier notre colère avec lui, mais on réalise avec tristesse qu'en France emmitouflée dans notre confort nous sommes tellement loin de ces problématiques. Lorsque la guerre n'est pas dans nos propres rues, il est difficile de l'imaginer, quotidienne, ailleurs.
Il est bon de remettre les pieds sur terre et faire face aux injustices dont l'homme est le seul responsable. De prendre conscience qu'il est temps d'agir.

"Voir les images de ces reconduites à la frontière me fait pleurer de rage. Des milliers de personnes ont fui l'enfer et on les oblige à faire demi-tour, sans aucune pitié. Comment un simple bout de peut-il sceller le destin d'innombrables vies humaines ? Et comment peut-on faire de grands sourires devant l'objectif des caméras, juste après ça ? Que sommes-nous devenus ? Comment avons-nous fait pour perdre la mémoire à ce point ?

Je conseille fortement ce livre qui permet d'en apprendre davantage les migrants, ces hommes et femmes qui auraient pu être nous quelques décennies en arrière lorsque nos grands-parents fuyaient les Allemands. Nous avons tous un passé différent, mais si l'on regarde de plus près, des similitudes se dévoilent.
Il obtient la note de 5*/5*. À lire !

"Notre époque est passée du trafic d'êtres humains au trafic d'organes humain. Une activité devenue encore plus facile depuis qu'on a transformé les individus en numéros sans identité. Résultat : il n'y a rien de plus simple que d'éliminer quelqu'un sans laisser de traces."



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire