lundi 12 février 2018

Des livres de La Boîte d'Arsac voyagent jusqu'à celle de Saint-Médard-en-Jalles

Journal de bord hebdomadaire de la Boîte à livres d'Arsac : Épisode n°29
LE MONDE LITTERAIRE  >  ARTICLE  >  SOCIETE  > LA LITTERATURE A ARSAC • LA BOITE A LIVRES


Cette semaine La Boîte n'était pas beaucoup remplie et avait peu de nouveautés. En revanche, ses livres voyagent...

Vendredi est mon jour hebdomadaire pour visiter La Boîte à livres, mais cette semaine j’ai pu m'y rendre seulement samedi. Qu'est-ce qu'elle était bien rangée ! Un vrai plaisir pour les yeux, un régale pour les mains.

La Boîte
Au premier coup d'oeil, on aperçoit cette belle première ligne avec des livres de la semaine dernière. Puis, en regardant juste derrière, la deuxième ligne, on aperçoit le vide. Un trou. Pas de livres. La troisième quant à elle est presque entièrement remplie. Ce trompe-oeil était un peu décevant car il n'y avait que 2 nouveautés, un livre revenu, un nouveau magazine et un livre sur le cyclisme. Mon livre déposé la semaine dernière y était encore.
Les nouveautés étaient Stupeur et tremblement d'Amélie Nothomb et Viou d'Henri Troyat ; des livres qui apparaissent régulièrement dans La Boîte. Un livre est revu, mais pas entièrement. Il lui manque 35 pages... C'est mesquin ! Si ce livre a été pris afin d'utiliser ses pages, pourquoi l'avoir rapporté ? La démarche est surprenante. Je l'ai jeté, accompagné de 3 livres moisis.



J'ai déposé

Je suis repartie les mains vides après y avoir déposer un livre emprunté la semaine dernière et 2 romans : La valse lente des tortues (t2) et Les écureuils de Central Parck sont tristes le lundi (t3) de Katerine Pancol. Ces deux livres sont les derniers tomes d'une trilogie amoureuse et familiale. J'ai beaucoup aimé le premier tome surtout pour son côté historique sur les femmes au Moyen Âge ; je l'ai gardé.  


Les lecteurs de La Boîte
Cette semaine, j'ai rencontré une lectrice de La Boîte. Elle aussi est une fidèle. Elle vient toutes les semaines faire sa curieuse, la ranger, la nettoyer. Elle aussi jette régulièrement des ouvrages abîmés par l'hier ou par des personnes négligents. "La Boîte est mal faite. Elle est trop large et n'a pas d'étagère alors on est obligé de mettre les livres sur trois rangées. Lorsqu'on veut les regarder, on se retrouve à les empiler en vrac les uns sur les autres pour tous les voir. Beaucoup de gens ne les rangent pas ensuite, ce qui les abîme. La Boîte est constamment en désordre." me confiait cette arsacaise.
Lorsque La Boîte est bien pleine, elle en prend quelques-uns pour les déposer dans une autre boîte à livres. Les livres voyagent ainsi jusqu'à celle de Saint-Médard-en-Jalles, dans la zone commerçante, face à l'entrée de Bureau Vallée. On ne le voit pas du parking, elle se trouve sous le porche abritant l'entrée du magasin. Cela évite qu'ils ne s'endommagent et profite à d'autres.

Apparemment, nous sommes trois à venir ainsi régulièrement ranger La Boîte. Un jour chacune, répartit dans la semaine, sans concertation qu'il plus est, c'est chouette.


A la semaine prochaine pour un nouvel épisode.
LD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire